Université Paris-Sud Faculté d'Orsay et Plateau Saclay

Plateau de SACLAY – GRAND PARIS, PLAN CAMPUS – Comment arrêter le « massacre programmé » ?

Plateau de SACLAY – GRAND PARIS, PLAN CAMPUS

Comment arrêter le « massacre programmé » ?

 

1 milliard d’euros pour le plateau d’Orsay ?

Dans ses voeux « au monde de l’éducation et de la recherche » le 11 janvier, Sarkozy a répété qu’un milliard d’euros serait investi « tout de suite » pour créer « un gigantesque campus universitaire à Saclay », dans le cadre du grand emprunt. On peut en douter car tous les projets campus devront se financer à travers les revenus financiers d’une dotation en capital placée sur les marchés financiers. Ces dotations en capital seront contrôlées par des « fondations » mêlant organismes publics et privés. Après la vente des actions EDF, le gouvernement souhaite-t-il donc que la spéculation finance les coûts de construction des nouveaux établissements universitaires, et peut-être aussi les coûts de fonctionnement de ces nouveaux bâtiments ? Le projet de loi du Grand Paris, adopté en première lecture à l’Assemblée nationale, accordait déjà une importance majeure au pôle de Saclay en lui consacrant un chapitre entier pour permettre des « rapprochements entre les milieux scientifiques et économiques ».

Le « gigantesque campus » de Saclay, financé par le grand emprunt, élément central de la loi du Grand Paris, est tout entier tourné vers la privatisation de l’enseignement supérieur et de la recherche, comme le confirmait l’avis présenté, au nom de la commission des Affaires économiques de l’Assemblée nationale sur le projet de loi relatif au Grand Paris, par le député UMP Patrick Ollier : « A terme, le campus rassemblerait plus de 100 000 personnes (ingénieurs, étudiants, doctorants, industriels), ce qui permettrait à la France d’affronter efficacement la concurrence internationale. Consciente de ses retards en ce domaine, l’Union européenne n’a d’ailleurs cessé d’encourager les Etats membres à constituer de vastes ensembles de nature à favoriser les synergies et les contacts entre entités et milieux qui n’ont pas fatalement l’occasion de travailler ensemble ».

 

 

 

Que cache le projet d’Epic Paris-Saclay ?

Derrière cette présentation mirifique le projet Plateau de Saclay, c’est le « plan campus », avec ses « partenariats public privé » (PPP) qui ouvrent la voie à une privatisation :

 

·         La nouvelle « gouvernance » des universités découlant de la loi LRU d’autonomie des universités instituant un président omnipotent et favorisant le recrutement local, la précarisation des emplois, la possibilité de vendre terrains et immeubles, la soumission organisée aux groupes de pression locaux (financiers, industriels, politiques) ; la multiplication de « diplômes maisons » à la place des diplômes reconnus dans les conventions collectives et les statuts.

·         Une opération de transfert des locaux de l’université Paris Sud sur le plateau de Saclay, qui ouvre la voie à son démantèlement et à des privatisations de services, qui prépare la disparition des activités « non lucratives » de l’enseignement supérieur et de la recherche, et la possibilité d’une opération immobilière juteuse en cédant des terrains dans la vallée ;

·         Un véritable plan social (suppressions de postes par « mutualisation », regroupement de laboratoires à des fins d’économie budgétaires) ;

 

Le projet Campus plateau de Saclay n’est rien d’autre qu’un outil de démantèlement et de pillage des organismes publics de recherche et d’enseignement supérieur, de désengagement de l’Etat et d’attaque contre les statuts des personnels. C’est la transcription sur le plateau de Saclay des directives européennes sur les « clusters d’innovation ».

 

Est-ce inévitable ?

Tout le monde n’est pas dupe de l’énorme campagne de promotion de ce projet. Le maire de Saclay s’exprimait sur Télessonne : « Il nous fait peur, clairement, et on aimerait bien

être concerté sur ce qu’il va faire sur le plateau de Saclay ». Le conseil municipal de Vauhallan s’exprime dans le bulletin municipal de novembre 2009 sous le titre « Un massacre programmé » :

« Le transfert de l’université Paris XI sur le Plateau de Saclay : Ce transfert de l’Université sur le plateau est prévu dans le cadre du plan Campus élaboré par Valérie PECRESSE,

Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche. Il demeure une aberration tant sur le plan des transports car les réseaux publics sont dans la vallée et non sur le plateau, que sur les plan financier au vu des coûts importants de l’opération alors que les bâtiments actuels ont été, en partie, rénovés ou construits récemment, mais aussi de sa répercussion sur la surface agricole utile de 2300 ha. (…) Enfin, nous considérons que ce projet d’OIN est un non-sens en termes d’aménagement du territoire au niveau national ; en effet comment justifier une telle concentration de grandes écoles et d’organismes de recherches dans la région parisienne alors que de nombreuses villes de province en sont démunies. » (souligné par nous).

Alors, comment comprendre les appels incessants de la majorité des élus de la CAPS (communauté d’agglomération du Plateau de Saclay), du Conseil Général et du Conseil Régional au président Sarkozy pour participer à la « gouvernance » de cette machine à déréglementer, à privatiser, de cette machine de guerre contre la démocratie communale, contre la Recherche Publique Fondamentale, contre les postes statutaires dans les laboratoires et dans les collectivités territoriales ?

 

27 Communes concernées

Bièvres, Buc, Bures, Champlan, Châteaufort, Chilly, Elancourt, Gif, Guyancourt, Jouy, La Verrière, Les Loges, Les Ulis, Magny, Massy, Montigny, Orsay, Palaiseau, Saclay, Saint Aubin, Toussus, Trappes, Vauhallan, Versailles, Villebon, Villejust, Villiers-Le Bâcle.

 

23 « partenaires »

Universités, Grandes écoles, Instituts, publics et privés AgroParisTech / CEA / CNRS / Ecole Centrale de Paris / Ecole Polytechnique / ENSAE ParisTech / Ecole normale supérieure de Cachan / ENSTA ParisTech / Fondation de coopération scientifique Digiteo et Triangle de la physique / HEC / IHES / INRA / INRIA / Institut TELECOM / Institut d’optique / MINES ParisTech / ONERA / ParisTech / Supélec / SYSTEM@TIC PARIS REGION / Université Paris-sud 11 / Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines / UniverSud Paris.

 

Quelles conséquences pour la population ?

Fin septembre 2009, le groupe japonais HORIBA – qui a acheté Jobin et Yvon à Longjumeau- a annoncé son intention de s’installer à Saclay, près de l’Institut d’Optique, « pour profiter du futur pôle ». HORIBA comme BOUYGUES, EADS, vont-ils créer des emplois alors que SANOFIAVENTIS supprime 1200 emplois de recherche et développement en France? Il suffit de voir que l’implantation du nouveau centre de recherche de DANONE à côté de Polytechnique s’est faite par déplacement d’emplois existants dans des unités supprimées ailleurs. Qui peut croire qu’il en serait autrement avec la venue de tous ces établissements comme l’ENS de Cachan ou l’ Ecole Centrale de Châtenay ? Par contre, la spéculation immobilière serait encouragée avec la différence entre le prix des terres agricoles du plateau et celui des terrains libérés en proche banlieue. Quant au projet de métro « grand huit » reliant un chapelet de « pôles » autour de Paris, évalué à plus de 30 milliards €, il serait au mieux opérationnel en 2030 !

Autour de chacune de ces nouvelles gares, l’Etat préempterait le terrain sur un rayon de 1,5 km. Qu’en serait-il alors de la promesse de sauvegarder 2300 ha de terres agricoles sur le plateau ?

 

Qu’est-ce qui est nécessaire maintenant ?

Les transports, en particulier le RER B, doivent être rénovés, leur capacité accrue, les cités universitaires doivent être réhabilitées, de nouvelles – gérées par le CROUS – doivent être construites à proximité des facultés, les locaux et services de l’Université d’Orsay qui le nécessitent doivent être rénovés dans la vallée et sur le plateau.

Au lieu de multiplier les contrats et leur lot d’emplois précaires, il faut rétablir le financement public de l’enseignement supérieur et de la recherche, augmenter considérablement le nombre et le niveau des bourses. Ces exigences de bon sens ne sont pas compatibles avec l’opération d’intérêt national (OIN)- projet Plateau de Saclay.

 

N’y a-t-il pas urgence à exiger l’annulation du transfert de Paris XI sur le Plateau de Saclay ?

A exiger le retrait du plan Campus ?

 

Je soutiens ces exigences :

Pour tout contact : Ulis.Poi@gmail.com

 

A propos de Comité Les Ulis Orsay Parti Ouvrier Indépendant

Qui sommes-nous ? Le Parti ouvrier indépendant a été constitué en juin 2008. Il combat pour le socialisme, la République et la démocratie. Le POI affirme : la démocratie, la défense des intérêts ouvriers et populaires, exigent de s’engager sur la voie de la rupture avec l’Union européenne et de la liquidation des institutions de la Ve République. Le POI combat pour un authentique gouvernement de défense des travailleurs et de la démocratie, appuyé sur une Assemblée constituante. manifestation du 30-09 Photo: JM Rillon Seul un gouvernement qui s’affranchirait du carcan du traité de Maastricht serait à même de prendre les mesures urgentes de sauvegarde de la population : l’interdiction des licenciements, le retour aux services publics de l’ensemble des secteurs (poste, chemins de fer, hôpitaux, en cours de privatisation), le retour à la Sécurité sociale de 1945, le rétablissement de l’ensemble des moyens nécessaires à l’école publique, aux hôpitaux, etc. Le POI se prononce pour l’annulation pure et simple de la dette qui a été fabriquée de toutes pièces par les capitalistes et les spéculateurs. Cette dette n’est pas celle du peuple, il n’a pas à la payer. Le POI combat pour la défense de la République une et indivisible, contre la « régionalisation » du pays, contre la remise en cause des droits égaux pour tous les citoyens, contre l’éclatement des conventions collectives nationales et des statuts nationaux. Le POI est membre de l’Entente internationale des travailleurs et des peuples qui regroupe, dans soixante pays, des organisations indépendantes luttant contre la guerre et l’exploitation. Le POI est une construction commune de militants d’origines diverses du mouvement ouvrier. Il vous invite à construire ensemble dans ce pays l’authentique parti ouvrier indépendant dont les travailleurs et le peuple ont besoin. Lire aussi le Manifeste du POI. >>>> http://parti-ouvrier-independant.fr/le-manifeste-de-fondation-du-parti-ouvrier-independant/

Parti guinéen du renouveau ... |
POUR LA VERITABLE LIBERTE |
kamalamari |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le temps, la ville et l'urb...
| regismorra
| Notre si belle et si chère ...