PROTECTION SOCIALE - Sécu, Retraite ...

Lettre ouverte aux Partis – POI 91

 

POI

Comité Départemental De l’Essonne

poi.essonne@gmail.com

Lettre ouverte aux dirigeants du Parti Socialiste, du Parti de Gauche, du Parti Communiste Français,

du Nouveau Parti Anticapitaliste et de Lutte Ouvrière de l’Essonne.

 Le 14 février 2010.

Chers camarades,

Comment serait-il possible que la grande majorité des travailleurs de ce pays soit encore victime d’une nouvelle contre-réforme sur les retraites ?

Sarkozy, le gouvernement et le MEDEF ont décidé d’en finir avec le système de retraite conquis en 1945. Allongement des annuités, recul de l’âge légal de départ à la retraite au-delà de 60 ans, baisse des pensions, remise en cause des régimes des fonctionnaires, …

Le Congrès National du Parti Ouvrier Indépendant, réuni les 22, 23 et 24 janvier 2010, a lancé un appel : « Stop ! Ne touchez pas à nos retraites ! »

Le deuxième Congrès du POI de l’Essonne, qui s’est tenu le 14 février 2010 à Massy, a lancé cette campagne dans notre département.

Nous signataires disons à tous les dirigeants des partis qui se réclament du mouvement ouvrier : Aucune participation à la commission chargée d’élaborer la contre réforme.

C’est dans ce cadre que nous nous adressons à vous, pour dire NON au consensus recherché par Sarkozy, le gouvernement et le MEDEF afin de concrétiser une nouvelle contre-réforme sur les retraites.

Des déficits factices. Entre 1992 et 2008, les exonérations patronales totalisent 256,3 milliards d’euros. Une spoliation du salaire différé des travailleurs. Pour la seule année 2010 le déficit programmé est de 10 milliards d’euros, c’est trois fois moins que les 30,7 milliards d’euros d’exonérations de cotisations sociales dont a bénéficié le patronat en 2008.

Et il faudrait que ce soit, une nouvelle fois, les travailleurs qui paient la note par de nouveaux sacrifices !

Lors de la conférence sur les déficits qui s’est tenue le 28 janvier 2010, Sarkozy a annoncé qu’il fallait trouver 100 milliards d’euros d’ici 2013 et, pour cela, il entend « réformer » les retraites, la Sécurité Sociale, les hôpitaux, les collectivités territoriales, … 100 milliards qu’il va aller chercher sur le dos des travailleurs et de la population. Cela signifie 1600 € par habitant !

Pour sauver le capital de sa propre crise et les banquiers le gouvernement n’a pas hésité à garantir des centaines de milliards pour leurs seuls intérêts.

Alors il faut dire : Stop !

Touche pas à ma retraite ! Touche pas à ma Sécu ! Touche pas à ma santé !

Tout cela tient en un mot : réduire les déficits publics pour appliquer les critères de Maastricht, les 3% du PIB, imposé par l’UE.

700 000 travailleurs ont été licenciés en 2009 et pourtant la profitabilité à deux chiffres et les profits pour les actionnaires continuent à être gigantesques.

Tout se fait par des contre vérités, y compris sur la démographie : « L’espérance de vie cesse d’augmenter ces derniers temps. Par le passé, les femmes gagnaient en moyenne 3 mois par an d’espérance de vie, ce n’est plus le cas » notait, l’an dernier, un responsable de l’institut national de la santé et de la recherche médicale.

En 1945, dans une situation bien plus difficile, furent mis en place des régimes de retraite, par répartition, spéciaux, le Code des Pensions Civiles et Militaire, … et aujourd’hui, il faudrait tout liquider ? Il faudrait une nouvelle fois que ce soient les travailleurs, les retraités, qui paient la note ? Alors que le patronat, nous le répétons, a été exonéré de 256,3 milliards d’euros du salaire différé en 16 ans et que les vagues de licenciements se sont poursuivies pour les seuls intérêts des patrons et des actionnaires ?

Entre 1993 où tous les régimes étaient à 37,5 annuités et aujourd’hui, toutes les mesures qui ont été prises l’ont toujours été sur le dos des travailleurs : Baisse des pensions ;

Allongement des annuités :

Au 1er janvier 2012, 3,5 années de plus ; Baisse des pensions et du calcul pour les régimes spéciaux et celui des fonctionnaires ; Indexation des pensions sur l’inflation ; Décotes ; etc. etc.

Et aujourd’hui il faudrait aller encore plus loin ?

Nous vous proposons de vous rencontrer pour engager ensemble le combat : Stop ! Ne touchez pas à nos retraites !

Si le Parti Ouvrier Indépendant estime, pour sa part, qu’il s’agit non seulement de bloquer la contre réforme qui s’annonce, mais également de reconquérir les conditions anciennes, il n’en fait pas un préalable à la proposition d’unité. Il est un point sur lequel chacun et tous peuvent s’unir : Aucune nouvelle attaque, aucune aggravation de la situation, refus du piège du « consensus » et de la prétendue négociation d’une contre réforme destructrice.

Chers camarades, l’heure est grave, mais l’histoire de notre pays, celle de la lutte de classes et de l’unité, a déjà démontré que nous avions la capacité de contrer les mauvais coups contre la classe ouvrière et les reculs de civilisation.

Nous vous réitérons notre demande de rencontre.

Bien fraternellement,

Voté à l’unanimité lors du IIème Congrès du POI de l’Essonne,

 

Le 14 février à Massy

A propos de Comité Les Ulis Orsay Parti Ouvrier Indépendant

Qui sommes-nous ? Le Parti ouvrier indépendant a été constitué en juin 2008. Il combat pour le socialisme, la République et la démocratie. Le POI affirme : la démocratie, la défense des intérêts ouvriers et populaires, exigent de s’engager sur la voie de la rupture avec l’Union européenne et de la liquidation des institutions de la Ve République. Le POI combat pour un authentique gouvernement de défense des travailleurs et de la démocratie, appuyé sur une Assemblée constituante. manifestation du 30-09 Photo: JM Rillon Seul un gouvernement qui s’affranchirait du carcan du traité de Maastricht serait à même de prendre les mesures urgentes de sauvegarde de la population : l’interdiction des licenciements, le retour aux services publics de l’ensemble des secteurs (poste, chemins de fer, hôpitaux, en cours de privatisation), le retour à la Sécurité sociale de 1945, le rétablissement de l’ensemble des moyens nécessaires à l’école publique, aux hôpitaux, etc. Le POI se prononce pour l’annulation pure et simple de la dette qui a été fabriquée de toutes pièces par les capitalistes et les spéculateurs. Cette dette n’est pas celle du peuple, il n’a pas à la payer. Le POI combat pour la défense de la République une et indivisible, contre la « régionalisation » du pays, contre la remise en cause des droits égaux pour tous les citoyens, contre l’éclatement des conventions collectives nationales et des statuts nationaux. Le POI est membre de l’Entente internationale des travailleurs et des peuples qui regroupe, dans soixante pays, des organisations indépendantes luttant contre la guerre et l’exploitation. Le POI est une construction commune de militants d’origines diverses du mouvement ouvrier. Il vous invite à construire ensemble dans ce pays l’authentique parti ouvrier indépendant dont les travailleurs et le peuple ont besoin. Lire aussi le Manifeste du POI. >>>> http://parti-ouvrier-independant.fr/le-manifeste-de-fondation-du-parti-ouvrier-independant/

Parti guinéen du renouveau ... |
POUR LA VERITABLE LIBERTE |
kamalamari |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le temps, la ville et l'urb...
| regismorra
| Notre si belle et si chère ...