Informations Ouvrieres

 » C’est la question qui devrait dominer les élections !  » – L’EDITO d’IO n°191

La campagne électorale bat son plein,déversant au pied d’un électorat pensif un flot quasi quotidien de promesses dont la plupart

s’évanouiront dès le lendemain du scrutin devant les contraintes imposées par l’Union européenne, au nom de la situation économique. Aussi ne peut-on manquer d’être frappé par l’absence de débat autour des conséquences des traités européens, MES et TSCG. L’assourdissant silence de l’ensemble des médias sur cette importante question n’est pas le fruit du hasard. L’Union européenne bénéficie d’un très large consensus qui traverse les frontières du clivage gauche-droite. L’analyse des votes exprimés à l’Assemblée nationale (21 février) et au Sénat (28 février) donne la mesure d’une réalité qui perdure depuis le 29mai 2005, la légitimité parlementaire servant à contourner l’expression de la souveraineté du peuple. « Cachez-moi ce peuple qui s’obstine à dire non » aux diktats de l’Union européenne semble bien être la finalité du prochain scrutin. Certes, depuis 1958 et l’avènement

de la Ve République, nous n’ignorons pas le caractère antidémocratique des institutions. Ne feignons pas de découvrir que l’élection du président au suffrage universel direct a renforcé le côté bonapartiste et « sauveur suprême » de la fonction. Mais c’est un fait que ce scrutin est devenu le pivot autour duquel s’articule la vie politique institutionnelle, y compris si cela s’avère

nécessaire, pour organiser l’alternance droite-gauche ou vice versa. Pour toutes ces raisons, le POI a pris la décision de ne pas présenter de candidat à cette élection. Il a en revanche choisi d’engager toutes ses forces dans la bataille pour une Assemblée constituante souveraine.
Une telle assemblée, qui paraît encore utopiste, est pourtant la seule issue possible pour rétablir la démocratie et redonner la parole au peuple en le restituant dans sa légitime souveraineté.Rien à voir avec les marchandages-ralliements auxquels l’on assiste ces derniers jours ici, pour asseoir une éventuelle majorité, là pour tenter de sauver un groupe parlementaire. Manœuvres politiciennes qui ne sont rien d’autre que des soubresauts d’appareils luttant pour préserver leur pré carré. Les politiques réactionnaires mises en œuvre, notamment depuis 2007, sont directement imputées à Sarkozy et à son gouvernement. Le mécontentement s’accentue et il n’est pas impossible que le ras-le-bol soit comparable à celui de mai 1981.Nous n’avons pas oublié que, si les espoirs placés dans le changement furent immenses, ils se trouvèrent rapidement confrontés aux exigences de la rigueur.
Autant de sujets qui sont au cœur des trois cents réunions-débats que le POI organise. A toutes celles et tous ceux qui s’interrogent sur les moyens de résister et d’agir ensemble, nous disons : « S’il existe une volonté de rétablir une politique qui réponde,même partiellement,aux besoins de la population laborieuse et de la démocratie, elle passe par le refus de la ratification de“SuperMaastricht” » (communiqué, 5 mars 2012).
Aussi, récusant l’affirmation : « bonnet blanc et blanc bonnet » assimilant à l’identique politiques de droite et de gauche, le Parti ouvrier indépendant peut affirmer solennellement, quel que soit le résultat de l’élection présidentielle et des élections législatives : le traité de Bruxelles ne doit pas être ratifié !

Mots-clefs :, , ,

A propos de Comité Les Ulis Orsay Parti Ouvrier Indépendant

Qui sommes-nous ? Le Parti ouvrier indépendant a été constitué en juin 2008. Il combat pour le socialisme, la République et la démocratie. Le POI affirme : la démocratie, la défense des intérêts ouvriers et populaires, exigent de s’engager sur la voie de la rupture avec l’Union européenne et de la liquidation des institutions de la Ve République. Le POI combat pour un authentique gouvernement de défense des travailleurs et de la démocratie, appuyé sur une Assemblée constituante. manifestation du 30-09 Photo: JM Rillon Seul un gouvernement qui s’affranchirait du carcan du traité de Maastricht serait à même de prendre les mesures urgentes de sauvegarde de la population : l’interdiction des licenciements, le retour aux services publics de l’ensemble des secteurs (poste, chemins de fer, hôpitaux, en cours de privatisation), le retour à la Sécurité sociale de 1945, le rétablissement de l’ensemble des moyens nécessaires à l’école publique, aux hôpitaux, etc. Le POI se prononce pour l’annulation pure et simple de la dette qui a été fabriquée de toutes pièces par les capitalistes et les spéculateurs. Cette dette n’est pas celle du peuple, il n’a pas à la payer. Le POI combat pour la défense de la République une et indivisible, contre la « régionalisation » du pays, contre la remise en cause des droits égaux pour tous les citoyens, contre l’éclatement des conventions collectives nationales et des statuts nationaux. Le POI est membre de l’Entente internationale des travailleurs et des peuples qui regroupe, dans soixante pays, des organisations indépendantes luttant contre la guerre et l’exploitation. Le POI est une construction commune de militants d’origines diverses du mouvement ouvrier. Il vous invite à construire ensemble dans ce pays l’authentique parti ouvrier indépendant dont les travailleurs et le peuple ont besoin. Lire aussi le Manifeste du POI. >>>> http://parti-ouvrier-independant.fr/le-manifeste-de-fondation-du-parti-ouvrier-independant/

Parti guinéen du renouveau ... |
POUR LA VERITABLE LIBERTE |
kamalamari |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le temps, la ville et l'urb...
| regismorra
| Notre si belle et si chère ...