Informations Ouvrieres

« La population peut-elle bloquer le système de l’UE ? » – L’EDITO d’INFORMATIONS OUVRIERES n°193

Les maires sont confrontés actuellement à la difficulté d’établir le budget de leur commune alors que l’Etat n’a pas encore fixé le montant de ses dotations.

Et pour cause : le gouvernement veut récupérer un milliard d’euros sur les collectivités territoriales alors que nos concitoyens sont frappés de plein fouet par les délocalisations et la faillite des exploitations viticoles en conséquence de la politique de l’Union européenne.

Si le nouveau traité européen était ratifié, ce serait l’autorisation donnée à la troïka de puiser directement dans les caisses des Etats et des communes. Le POI a engagé une campagne pour que le nouveau traité ne soit pas ratifié. Lorsque j’explique cela à l’occasion de la campagne législative, il m’arrive d’être interviewé par des journalistes sceptiques sur la capacité de la population à bloquer le système.

Rappelons-nous ce qui s’est passé en 2005 lors du référendum. Les médias multipliaient les émissions et les articles tendant à prouver qu’il n’y avait pas d’autre solution que le TCE. Les partis institutionnels défendaient l’Union européenne, l’euro, la BCE…
Le 16 octobre 2004, nous avons organisé avec mes amis Daniel Gluckstein (à l’époque au PT) et Aimé Savy (au MRC), une conférence de défense des communes et des services publics avec des centaines d’élus, syndicalistes et militants de différentes tendances. A l’issue de cette conférence, nous avons constitué le comité national pour le non à la Constitution européenne, bien avant que ne soit convoqué un référendum.Notre conviction était que nous pouvions aider à ce que ce mouvement majoritaire dans le pays s’exprime. Nous avons appelé à une montée sur Paris le 22 janvier 2005. Dans l’unité,15 000, militants du PT (avec lesquels nous constituerons quelques années plus tard le POI), mais aussi militants et élus du PS, du PCF (dont certains prirent la parole),militants venus d’autres pays d’Europe…

Nous avons multiplié les réunions publiques et meetings pour la victoire du vote non, incluant un grand meeting à la Mutualité à Paris,avec le député PS du Nord Marc Dolez,et le député socialiste belge Jean- Maurice Dehousse. La veille du référendum donc, les sondages, la presse,les médias donnaient encore la victoire du oui à 55%.Mais nous savions,parce que nous avions discuté avec des milliers de travailleurs,de paysans, d’élus,qu’un mouvement profond se dégageait pour la rupture avec l’Union européenne et sa « concurrence libre et non faussée », un mouvement auquel nos initiatives ont contribué.
Dans toutes les réunions que je tiens, je sens que ce mouvement qui vise aujourd’hui à faire échec au traité TSCG s’appuie sur celui de 2005. Il peut être plus fort que le vote des sénateurs socialistes qui ont honteusement aidé Sarkozy à faire passer le MES au Sénat…

C’est pourquoi la campagne que nous avons engagée, et qui a déjà rassemblé plus de 20 000 signatures, peut aider la classe ouvrière, la paysannerie qui avaient, à plus de 60%, voté non au référendum de 2005, à faire échec au TSCG. Il s’agit de gagner. C’est pourquoi le bureau national a eu raison d’inscrire à son ordre du jour l’organisation d’une manifestation nationale à Paris pour aider ce mouvement à bloquer le nouveau traité et empêcher qu’il soit ratifié.

Notre rôle comme candidats du POI aux législatives est d’organiser des centaines de réunions, petites ou grandes, pour rassembler les points d’appui à la réalisation de l’unité et de la mobilisation du peuple pour que ce traité ne soit pas ratifié.

Gérard Schivardi
Secrétaire national du POI

Cet article a été publié le 28 mars 2012

Mots-clefs :

A propos de Comité Les Ulis Orsay Parti Ouvrier Indépendant

Qui sommes-nous ? Le Parti ouvrier indépendant a été constitué en juin 2008. Il combat pour le socialisme, la République et la démocratie. Le POI affirme : la démocratie, la défense des intérêts ouvriers et populaires, exigent de s’engager sur la voie de la rupture avec l’Union européenne et de la liquidation des institutions de la Ve République. Le POI combat pour un authentique gouvernement de défense des travailleurs et de la démocratie, appuyé sur une Assemblée constituante. manifestation du 30-09 Photo: JM Rillon Seul un gouvernement qui s’affranchirait du carcan du traité de Maastricht serait à même de prendre les mesures urgentes de sauvegarde de la population : l’interdiction des licenciements, le retour aux services publics de l’ensemble des secteurs (poste, chemins de fer, hôpitaux, en cours de privatisation), le retour à la Sécurité sociale de 1945, le rétablissement de l’ensemble des moyens nécessaires à l’école publique, aux hôpitaux, etc. Le POI se prononce pour l’annulation pure et simple de la dette qui a été fabriquée de toutes pièces par les capitalistes et les spéculateurs. Cette dette n’est pas celle du peuple, il n’a pas à la payer. Le POI combat pour la défense de la République une et indivisible, contre la « régionalisation » du pays, contre la remise en cause des droits égaux pour tous les citoyens, contre l’éclatement des conventions collectives nationales et des statuts nationaux. Le POI est membre de l’Entente internationale des travailleurs et des peuples qui regroupe, dans soixante pays, des organisations indépendantes luttant contre la guerre et l’exploitation. Le POI est une construction commune de militants d’origines diverses du mouvement ouvrier. Il vous invite à construire ensemble dans ce pays l’authentique parti ouvrier indépendant dont les travailleurs et le peuple ont besoin. Lire aussi le Manifeste du POI. >>>> http://parti-ouvrier-independant.fr/le-manifeste-de-fondation-du-parti-ouvrier-independant/

Parti guinéen du renouveau ... |
POUR LA VERITABLE LIBERTE |
kamalamari |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le temps, la ville et l'urb...
| regismorra
| Notre si belle et si chère ...