Informations Ouvrieres

Daniel Gluckstein: “Oui: il faut faire sauter le verrou” – Edito IO n°212

Un communiqué de l’Elysée (1er août) nous apprend que « le président de la République s’est entretenu par téléphone cet après-midi avec le président des Etats-Unis », l’un et l’autre exprimant « leur intérêt commun (…) à la stabilité de la zone euro, nécessaire à la reprise de l’activité économique mondiale ». Traduisons : Obama (à cent jours de l’élection présidentielle) et les sommets capitalistes des Etats-Unis intiment l’ordre aux dirigeants européens de généraliser les réformes structurelles anti-ouvrières pour contenir la crise de la zone euro avant qu’elle ne « plombe » leurs profits.

Réponse de Hollande : « Le chef de l’Etat a insisté sur la volonté de la France de mettre en œuvre (…) les décisions prises par le Conseil européen des 28 et 29 juin dernier. Les dispositions et instruments prévus à cette occasion doivent pouvoir être utilisés dans les meilleurs délais. » « Dispositions et instruments » décidés les 28 et 29 juin ? Les principaux s’appellent MES et TSCG. Se confirme ici la fonction réelle de l’Union européenne, de l’euro, de la BCE : au service de la classe capitaliste la plus puissante, celle des Etats-Unis.

Ce qui nous ramène aux questions fondamentales de la démocratie et de la souveraineté. Dans le courrier qu’il adresse à nos camarades du Nord, le député socialiste Christian Bataille confesse qu’il « n’éprouve pas un grand enthousiasme pour ce texte » (le TSCG), mais oppose que « la cohésion à gauche (…) est primordiale ».

On ne sait ce que le député Bataille entend par « cohésion à gauche ». S’il s’agit de la cohésion entre le gouvernement, le président de la République, d’une part, et le corps électoral qui leur a confié la majorité, d’autre part, Christian Bataille croit-il que ceux qui ont voté pour François Hollande et le Parti socialiste l’ont fait pour que les pires mesures d’austérité s’appliquent en France, comme dans tous les pays d’Europe ? Croit-il qu’ils l’ont fait pour que, répondant aux exigences des Etats-Unis, le gouvernement précipite la ratification du traité « Super-Maastricht » ?

Ces questions sont soulevées par Barbara Romagnan, elle aussi députée socialiste, dans le courrier qu’elle adresse à nos camarades de Besançon : « Le changement est à notre portée (…). Mais (…) nous ne pourrons pleinement l’atteindre qu’à certaines conditions (…). Il nous paraît urgent et essentiel de faire sauter les verrous conservateurs et libéraux qui imposent une austérité contre-productive à l’ensemble des Etats membres. (…) Le traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance est un verrou qui nous empêche de mener notre politique, de faire ce pour quoi nous avons été élus. Je n’emploie pas le mot “verrou” par hasard. Ce traité nous lie les mains. Il rend caducs nos engagements. » Sans remise en cause de ce verrou, poursuit Barbara Romagnan, « nous serons au bout du compte plus ou moins réduits à partager la misère ».

En effet : la souveraineté populaire et la démocratie exigent de faire sauter le « verrou » qui condamne tout gouvernement qui s’y soumet à prendre la responsabilité de la généralisation de la misère. Il reste à traduire les paroles en actes. Il reste à construire la plus large mobilisation populaire, ouvrière et démocratique, faisant converger toutes les forces organisées au plan politique, syndical, associatif, avec les élus, sur l’objectif commun : le TSCG ne doit pas être ratifié !

C’est à forger cette unité que s’emploient les membres du POI, constituant des comités contre la ratification dans un dialogue sans exclusive avec toutes les composantes du mouvement ouvrier et démocratique.

Mots-clefs :,

A propos de Comité Les Ulis Orsay Parti Ouvrier Indépendant

Qui sommes-nous ? Le Parti ouvrier indépendant a été constitué en juin 2008. Il combat pour le socialisme, la République et la démocratie. Le POI affirme : la démocratie, la défense des intérêts ouvriers et populaires, exigent de s’engager sur la voie de la rupture avec l’Union européenne et de la liquidation des institutions de la Ve République. Le POI combat pour un authentique gouvernement de défense des travailleurs et de la démocratie, appuyé sur une Assemblée constituante. manifestation du 30-09 Photo: JM Rillon Seul un gouvernement qui s’affranchirait du carcan du traité de Maastricht serait à même de prendre les mesures urgentes de sauvegarde de la population : l’interdiction des licenciements, le retour aux services publics de l’ensemble des secteurs (poste, chemins de fer, hôpitaux, en cours de privatisation), le retour à la Sécurité sociale de 1945, le rétablissement de l’ensemble des moyens nécessaires à l’école publique, aux hôpitaux, etc. Le POI se prononce pour l’annulation pure et simple de la dette qui a été fabriquée de toutes pièces par les capitalistes et les spéculateurs. Cette dette n’est pas celle du peuple, il n’a pas à la payer. Le POI combat pour la défense de la République une et indivisible, contre la « régionalisation » du pays, contre la remise en cause des droits égaux pour tous les citoyens, contre l’éclatement des conventions collectives nationales et des statuts nationaux. Le POI est membre de l’Entente internationale des travailleurs et des peuples qui regroupe, dans soixante pays, des organisations indépendantes luttant contre la guerre et l’exploitation. Le POI est une construction commune de militants d’origines diverses du mouvement ouvrier. Il vous invite à construire ensemble dans ce pays l’authentique parti ouvrier indépendant dont les travailleurs et le peuple ont besoin. Lire aussi le Manifeste du POI. >>>> http://parti-ouvrier-independant.fr/le-manifeste-de-fondation-du-parti-ouvrier-independant/

Parti guinéen du renouveau ... |
POUR LA VERITABLE LIBERTE |
kamalamari |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le temps, la ville et l'urb...
| regismorra
| Notre si belle et si chère ...