Informations Ouvrieres

“Ils ont voté, et puis après ?” (Léo Ferré) Ils ont voté et puis après ? (Léo Ferré) L’EDITO d’IO n°221

Il s’est trouvé à l’Assemblée nationale quelques centaines de députés pour ratifier le TSCG, qui donne à la troïka (Union européenne-BCE-FMI) tous les pouvoirs d’imposer ses plans destructeurs.

Donc, ils ont voté. Et puis après ? Qui osera prétendre que cette majorité parlementaire PS-UMP, au parfum d’union nationale, agit conformément aux aspirations de la majorité du peuple ?

Au nom de l’objectif de ramener les déficits publics à 3 % du PIB puis à 0 % en 2017, le gouvernement soumet un budget d’austérité, planifie le démantèlement de la Sécurité sociale, remet en cause le Code du travail, étrangle les finances locales, privatise les services publics à tous les niveaux, multiplie réformes, « refondations », états généraux et autres conférences sociales par lesquels les organisations syndicales sont sommées de s’associer à ces plans, tandis qu’il accompagne les fermetures des sites à PSA, Sanofi, ArcelorMittal…

Qui osera prétendre que le passage du « changement maintenant » à « l’austérité tout de suite » est conforme à la démocratie ?

Toutes ces attaques sont portées au nom de la « nécessaire réduction du coût du travail ». Le « coût du travail » ? C’est le capital qui coûte. Des milliers de milliards d’euros ont été accordés gratuitement (ou quasiment) par la Banque centrale européenne (BCE) pour renflouer les banques, gonflant la dette des Etats et accroissant les déficits publics. Le paiement des intérêts de cette dette constitue, aujourd’hui, le premier budget de la France.

Les travailleurs et les jeunes savent où conduit cette politique du gouvernement Hollande-Ayrault, capitulant devant le FMI, la BCE et l’Union européenne : la Grèce, l’Espagne, le Portugal, le montrent à l’envi. Et que l’on nous épargne les discours sur la « reprise ». Comment reprise pourrait-il y avoir sur fond de chômage de masse, de destruction des emplois à statut, de régression du pouvoir d’achat ?

Le carcan de l’Union européenne, ses 3 %, ses plans, sa troïka, sa banque centrale doivent être brisés (1). Le combat contre le budget d’austérité et chacune des mesures et contre-réformes prises au nom de cette logique infernale, c’est le premier pas sur la voie de la reconquête de la démocratie et de la souveraineté du peuple, dans la perspective de l’abrogation du TSCG (et des traités précédents, à commencer par celui de Maastricht). Ce combat exige que soit préservée l’indépendance du mouvement ouvrier.

Pour et dans ce combat, le Parti ouvrier indépendant saura s’appuyer sur les résultats de la campagne menée six mois durant contre la ratification du TSCG. Les relations politiques nouées dans cette campagne constituent le socle à partir duquel le conseil fédéral national du Parti ouvrier indépendant pourra formuler des propositions, notamment en direction des milliers et milliers qui, avec les militants du POI, se sont engagés dans les comités pour l’unité contre la ratification et qui, dans les semaines qui viennent, chercheront à poursuivre l’action politique pour aider à forger l’unité pour bloquer les plans et contre-réformes dictés par la troïka et repris à son compte par le gouvernement Hollande-Ayrault.

____

(1) Oui, il s’agit bien de les briser, et non de « réorienter la Banque centrale européenne » ou « la construction européenne », phrases creuses au nom desquelles, restant prisonniers de ce carcan… les députés du Front de gauche votent dans un même élan contre le TSCG et pour les emplois d’avenir qui, pourtant, en découlent.

Mots-clefs :, , ,

A propos de Comité Les Ulis Orsay Parti Ouvrier Indépendant

Qui sommes-nous ? Le Parti ouvrier indépendant a été constitué en juin 2008. Il combat pour le socialisme, la République et la démocratie. Le POI affirme : la démocratie, la défense des intérêts ouvriers et populaires, exigent de s’engager sur la voie de la rupture avec l’Union européenne et de la liquidation des institutions de la Ve République. Le POI combat pour un authentique gouvernement de défense des travailleurs et de la démocratie, appuyé sur une Assemblée constituante. manifestation du 30-09 Photo: JM Rillon Seul un gouvernement qui s’affranchirait du carcan du traité de Maastricht serait à même de prendre les mesures urgentes de sauvegarde de la population : l’interdiction des licenciements, le retour aux services publics de l’ensemble des secteurs (poste, chemins de fer, hôpitaux, en cours de privatisation), le retour à la Sécurité sociale de 1945, le rétablissement de l’ensemble des moyens nécessaires à l’école publique, aux hôpitaux, etc. Le POI se prononce pour l’annulation pure et simple de la dette qui a été fabriquée de toutes pièces par les capitalistes et les spéculateurs. Cette dette n’est pas celle du peuple, il n’a pas à la payer. Le POI combat pour la défense de la République une et indivisible, contre la « régionalisation » du pays, contre la remise en cause des droits égaux pour tous les citoyens, contre l’éclatement des conventions collectives nationales et des statuts nationaux. Le POI est membre de l’Entente internationale des travailleurs et des peuples qui regroupe, dans soixante pays, des organisations indépendantes luttant contre la guerre et l’exploitation. Le POI est une construction commune de militants d’origines diverses du mouvement ouvrier. Il vous invite à construire ensemble dans ce pays l’authentique parti ouvrier indépendant dont les travailleurs et le peuple ont besoin. Lire aussi le Manifeste du POI. >>>> http://parti-ouvrier-independant.fr/le-manifeste-de-fondation-du-parti-ouvrier-independant/

Parti guinéen du renouveau ... |
POUR LA VERITABLE LIBERTE |
kamalamari |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le temps, la ville et l'urb...
| regismorra
| Notre si belle et si chère ...