Informations Ouvrieres

 » Le choc qui vient  » L’EDITO d’INFORMATIONS OUVRIERES n°234

Il est rare que la presse capitaliste anglo-saxonne dresse des lauriers à la France. C’est pourtant le cas ces derniers jours. Le gouvernement français est félicité à la fois pour son intervention au Mali et pour la conclusion de l’accord Medef/CFDT dans lequel le Wall Street Journal voit « une victoire pour les employeurs », qui « gagnent une nouvelle flexibilité », et le Financial Times une « percée majeure » dans un système particulièrement « rigide ».

Guerre au Mali, accord Medef/CFDT : le gouvernement Hollande-Ayrault agit comme fidèle serviteur des intérêts de la classe capitaliste. C’est en son nom qu’il mène la guerre à l’extérieur, poursuivant l’aventure libyenne et étendant la politique de dislocation des nations à toute la région : après la Libye, le Mali, et demain l’Algérie ? C’est au nom des mêmes intérêts qu’il mène la guerre à l’intérieur contre sa propre classe ouvrière dont il voudrait briser le cadre des garanties collectives.

Car c’est bien de cela qu’il s’agit. Les Echos ne s’en cachent pas : « L’accord majoritaire en entreprise devient le socle de référence du dialogue social. » C’est vrai : si gouvernement et Parlement parvenaient à transcrire dans la loi l’accord Medef/CFDT, c’est le Code du travail qui serait menacé de pulvérisation, tandis que les confédérations syndicales verraient leurs prérogatives réduites à peau de chagrin (les patrons obtenant toutes facilités de déroger aux accords collectifs, par exemple en baissant les salaires, ou en augmentant le temps de travail, ou en imposant la mobilité « dans le cadre de l’entreprise »).

Il reste — et c’est le plus important — que même les plus enthousiastes regrettent que ce résultat soit « empoisonné », comme l’écrit le quotidien Die Zeit, par le refus des confédérations CGT-Force ouvrière et CGT d’apposer leur signature (1). Le « compromis historique » revendiqué par Hollande est ici mis en échec, reflétant le rejet grandissant de sa politique dans tous les secteurs de la population.

Certes, un large spectre d’union sacrée semble appuyer, pour l’heure, l’intervention au Mali (2). Certes, le gouvernement — logique avec sa ratification du TSCG et sa soumission à l’Union européenne — affirme vouloir transposer au plus vite l’accord scélérat Medef/CFDT. Mais, prenant appui sur ses organisations, la classe ouvrière n’a pas dit son dernier mot : un choc se prépare (3).

Le combat contre la guerre sociale déclenchée par le gouvernement Hollande-Ayrault à l’intérieur rejoint le combat contre la guerre déclenchée à l’extérieur contre le peuple malien. Comment aider les travailleurs et les jeunes, la population à avancer dans ce sens ? C’est à répondre à cette question que se consacreront les travaux du conseil fédéral national (CFN) du Parti ouvrier indépendant qui se réunit ces 19 et 20 janvier.

_____
(1) Die Zeit regrette aussi que la volonté de Hollande de « suivre le modèle allemand » se soit brisée sur le refus de signature des deux confédérations.
(2) On ne confondra pas l’aspiration légitime du peuple du Mali à recouvrer son unité et sa souveraineté avec les motivations de l’intervention française qui poursuit ici sa politique de dislocation des nations entamée en Libye…
(3) Certains, à la gauche du PS, critiquent le caractère « inégal » de l’accord (trop favorable aux patrons) et revendiquent « un rééquilibrage ». Même son de cloche dans L’Humanité, qui titre un article : « Un cheval, une alouette ». Rééquilibrage ? Amendement ? Non : unité des travailleurs et de leurs organisations indépendantes pour imposer le retrait, purement et simplement !

Mots-clefs :, , , , , ,

A propos de Comité Les Ulis Orsay Parti Ouvrier Indépendant

Qui sommes-nous ? Le Parti ouvrier indépendant a été constitué en juin 2008. Il combat pour le socialisme, la République et la démocratie. Le POI affirme : la démocratie, la défense des intérêts ouvriers et populaires, exigent de s’engager sur la voie de la rupture avec l’Union européenne et de la liquidation des institutions de la Ve République. Le POI combat pour un authentique gouvernement de défense des travailleurs et de la démocratie, appuyé sur une Assemblée constituante. manifestation du 30-09 Photo: JM Rillon Seul un gouvernement qui s’affranchirait du carcan du traité de Maastricht serait à même de prendre les mesures urgentes de sauvegarde de la population : l’interdiction des licenciements, le retour aux services publics de l’ensemble des secteurs (poste, chemins de fer, hôpitaux, en cours de privatisation), le retour à la Sécurité sociale de 1945, le rétablissement de l’ensemble des moyens nécessaires à l’école publique, aux hôpitaux, etc. Le POI se prononce pour l’annulation pure et simple de la dette qui a été fabriquée de toutes pièces par les capitalistes et les spéculateurs. Cette dette n’est pas celle du peuple, il n’a pas à la payer. Le POI combat pour la défense de la République une et indivisible, contre la « régionalisation » du pays, contre la remise en cause des droits égaux pour tous les citoyens, contre l’éclatement des conventions collectives nationales et des statuts nationaux. Le POI est membre de l’Entente internationale des travailleurs et des peuples qui regroupe, dans soixante pays, des organisations indépendantes luttant contre la guerre et l’exploitation. Le POI est une construction commune de militants d’origines diverses du mouvement ouvrier. Il vous invite à construire ensemble dans ce pays l’authentique parti ouvrier indépendant dont les travailleurs et le peuple ont besoin. Lire aussi le Manifeste du POI. >>>> http://parti-ouvrier-independant.fr/le-manifeste-de-fondation-du-parti-ouvrier-independant/

Parti guinéen du renouveau ... |
POUR LA VERITABLE LIBERTE |
kamalamari |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le temps, la ville et l'urb...
| regismorra
| Notre si belle et si chère ...